Posts

Image
Texte prononcé pour les funérailles de mon cher ami Joseph Wuidar 25 Avril 2018 – Église S. Marc, Uccle.  


Je m’appelle Francesca et je suis une chère amie de Joseph. Je m'excuse d’ avance pour mon français, mais c'était normalement Joseph qui éditait mes textes et que corrigeait mes fautes en français.  Par contre, je suis sûr qu'il m'aurait compris de toute façon ! Et c’est à lui que je m’adresse avec cette lettre. 

Mon cher Joseph,
   Aujourd’hui c’est la Anniversaire de la Libération de l’Italie e de la fin du régime fasciste et du nazisme et à toi, qui aimais sur et plus que tout la liberté, je suis sure que cet date aurais été très chère.   
   Je suis heureuse de t’avoir dit que t’adorait et de t’avoir remercié tous les jours pour ta présence, je suis heureuse d’avoir écouté avec curiosité et impatience tes histoires et tes idées, de t’avoir fait beaucoup de questions,  je suis contente de pouvoir dire fier « Je connais bien Joseph Wuidar »  … mais maintenant je suis …

Primo post del 2018

Image
"Imaginez que chaque matin, une banque vous ouvre un compte de 86400 euro. Simplement, il y a deux règles à respecter.La première règle est que tout ce que vous n'avez pas dépensé dans la journée vous est enlevé le soir. Vous ne pouvez pas tricher, ne pouvez pas virer cet argent sur un autre compte, ne pouvez que le dépenser mais chaque matin au réveil, la banque vous ré-ouvre un nouveau compte, avec à nouveau 86400 euro; pour la journée.Deuxième règle la banque peut interrompre ce « jeu » sans préavis ; à n'importe quel moment elle peut vous dire que c'est fini, qu'elle ferme le compte et qu'il n y en aura pas d'autre. Que feriez-vous ? A mon avis, vous dépenseriez chaque euro à vous faire plaisir, et à offrir quantité de cadeaux aux gens que vous aimez. Vous feriez en sorte d'utiliser chaque euros pour apporter du bonheur dans votre vie et dans celle de ceux qui vous entourent.Cette banque magique, nous l'avons tous, c'est le temps ! Chaque …
Image
(Foto di Edouard Boubat - 1923-1999)

Molte volte ho parlato con il mare di Maria Francesca Cadeddu

Molte volte ho parlato con il mare, e molte volte ho sentito il suono di lui nelle conchiglie.  Forse era solo l'aria, o forse no.
A lui ho raccontato tutta la mia vita e, quando ero profondamente triste,  a lui ho chiesto di sommergermi con acqua e con sale, perchè mi svuotasse tutta dei brutti ricordi, che mi abitavano.
 Il mare esaudì, col tempo, la mia preghiera, e il maestrale, vigoroso e fresco, ricondusse a me,  nuovamente, i miei sogni. Loro mi hanno dato te.

Sottosopra

Image
   Sottosopra  di Maria Francesca Cadeddu  E sono sotto e sono sopra,  nella posa immobile  che il mondo insegue, capovolta, a mia volta, perchè c'era una volta un mondo, tondo, che abbiamo chiamato terra,  piatta, per meglio calpestarlo.

Sei come la Nike

Image
MARIA PAWLIKOWSKA Sei come la Nike di Samotracia a Parigi o insonne amore: anche ferito, con lo stesso ardore tendi le braccia mutilate e voli.
(da Baci, 1926 - Traduzione di Marina Marsano Bergey) 

La poetessa polacca Maria Pawlikowska (1894-1945) canta l’amore insonne che non si rassegna alla fine, al diniego, che resiste ai colpi di vento che il destino gli ha inferto e continua a vivere, per quanto sia mutilato e ferito, come la Nike di Samotracia, celebre statua greca dei primi decenni del II secolo avanti Cristo (200-180 a.C.), conservata al Louvre: senza braccia, senza testa, eppure ancora così bella da togliere il fiato con il suo panneggio "bagnato dal vento", con l’ala superstite, con la sensazione di movimento eternato in un momento,  che l'artista – forse Pitocrito - seppe conferirle.
Oggi la Nike fa bella mostra di sé al Louvre, dove giunse dopo essere stata ritrovata su un’isola dell’Egeo, Samotracia appunto, nel 1863. L’opera rappresentava forse…
Image
U2 - Joshua Tree Paris, 25 July 2017 It was a beautiful day! Don't let it get away ...
Image
A head full of dreams Coldplay - Paris, 18 July 2017

Never give up!